K.B de Jacqueline Starer / extraits

… il portait en son coeur tellement de certitude qu’il manifestait à tous moments le plus grand calme.

Il agençait son matériau, heure après heure, jour après jour ; il travaillait les mots, les phrases, les poèmes avec la matière de ses émotions, de ses sentiments, de ses sensations et ne se souciait que de la justesse de leur transcription. Il ne planifiait rien ; chez lui, très peu de raisonnement, de logique ou d’intellectualisme. La vie, donc l’écriture était une marche à vue où il suivait ce qu’il appelait son « instinct ». À la fois tourné vers l’extérieur et à l’écoute de lui-même, il n’entrait en action ou ne prenait de décisions qu’après avoir consulté sa voix intérieure.

À huit ans, avec son grand-père, il peignait ; à douze ans, les premières leçons de piano l’avaient mené à la  » Royal Academy of Music  » ; à quinze ans, grâce à un Premier Prix de Composition, certains des meilleurs groupes de musique de chambre de Londres jouaient ses oeuvres. Mais après son mariage et surtout après la naissance de sa fille, il avait alors vingt-cinq ans, il avait cessé de composer et brûlé presque tous ses manuscrits. L’année suivante, un jour d’été pluvieux, sur la côte sud de l’Angleterre… tout à coup, porté par une inspiration inattendue, il avait écrit son premier poème « Dévaluation »…

Il se considérait créateur plutôt que précisément écrivain et disait volontiers que si, un jour, l’écriture devait lui échapper, il se tournerait sans doute vers la sculpture.

(p25)

K. se sentait fatigué.   ( … ) Les vacances avaient été les bienvenues : une maison du XVIIe siècle, dans le Norfolk, entourée de champs et d’herbes hautes, à cinquante kilomètres d’une mer venteuse. Il aimait manier la faux et contempler l’étang et, surtout, se reposait.

Et elle, photographiait, fixait l’homme pâli au sourire heureux, l’homme et la faux, l’homme et sa tasse de thé sur la plage de galets. Cet été-là, les Américains avaient débarqué sur la lune et il se réjouissait de l’ère nouvelle qui commençait. Plus tard il serait connu comme poète du temps de cet espace.

(p7)

K.B de Jacqueline Starer (bilingue) / Keith Barnes. (bilingue)


Jacqueline STARER / Parcours.

1940 :/ naissance à Paris

Années 60  /Sorbonne : Lettres classiques

Rencontre en 1963 du poète anglais Keith Barnes (1934-1969) à Paris

1964 : part aux États-Unis : enseigne le français, le latin et le grec d’abord à Bard College, N.Y., à l’université de Californie à Berkeley, puis dans un collège de Clichy-sous-Bois. Découverte des écrivains de la Beat Generation.

1969 : mort de Keith Barnes à Paris

Années 70  / Retour aux États-Unis : enseignement du français à l’Université de Californie à Berkeley et au City College of San Francisco .Puis retour en Europe : enseignement à l’ l’Université de Göttingen : essentiellement sur les écrivains de la Beat Generation
1977 Les Écrivains beats et le voyage, Chronologie des écrivains beats jusqu’en 1969, Marcel Didier, Paris

1987 K.B. (avec un choix de poèmes), Maurice Nadeau, Paris

Années 90 et 2000 / Publications de poèmes et présentations de Keith Barnes en revues –  dont Action Poétique, rencontres, lectures…

2003 : Keith Barnes, Œuvre poétique / Collected Poems, ouverture de Maurice Nadeau, traduction de Jacqueline Starer, éditions d’écarts, Paris.

Publication dans le Journal des Poètes (Bruxelles) sur Keith Barnes puis sur les femmes de la Beat Generation

2007 : Première édition bilingue de K.B. Keith Barnes, traduction anglaise de Helen McPhail, éditions d’écarts, Dol-de-Bretagne.

2010 : Action Poétique : Six femmes de la Beat Generation, avec J.M. Montera.

Publicités

Une réponse à “K.B de Jacqueline Starer / extraits

  1. La présentation ne pouvait être mieux faite. Merci infiniment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s