Andrée Vilar

Couleurs du temps

poesie 92 pages – 20 euros / EAN 9 782912 824608

Troisième recueil de poèmes aux « éditions d’écarts », Couleurs du Temps   » réunit des « retenues », comme celle que l’on oublie dans ses opérations, quand on a encore le souci que cela tombe « juste » –  avec derrière, justement, ce grain, cette couleur si inouïs d’une voix qui n’est qu’à elle. M.B.H

Feux tournants

105 pages – 15 euros / EAN 9 782912 824127

Ce sont de très beaux, vrais et bons poèmes. D’une discrétion et d’une humanité bouleversante, un langage voilé, lavé, une sorte d’aquarelle du silence, et la blessure, le chagrin…

A l’écoute de l’inaudible, dans l’attente des échos, sans aucune mièvrerie, l’amour et la chaleur sont là…

Pierre Seghers

Poèmes d’un vrai poète, c’est-à-dire toujours la même chose, la même voix, et jamais la même chose, le même instant, le même ton.

Claude Roy

Encore un peu de temps, si tu veux bien, mon âme

Je n’ai pas épuisé la source de mes larmes

Ni rentré la moisson de tous mes souvenirs

Si longue est la douleur et si court l’avenir

Je veux garder toujours au coeur cette blessure

Qui me parle de toi dans cette nuit obscure

Où je ne veux chercher ni trêve ni secours

Mais seulement te retrouver, mon tendre amour

Amarres

69 pages – 20 euros /EAN 9 782912 824387

Rose des vents

Le vend du Sud qui a trempé ses ailes dans la mer

A basse voix nous fait de vagues confidences

Celui qui vient du Nord avec fureur s’élance

Hurlant dans le soleil il révulse la mer

Et dans le ciel de nuit attise les étoiles

Vent d’Ouest que le soir déploie comme une voile

Et la mer se soulève en de longs bercements

Vent Grec qui porte au bec le rameau de la pluie

Et soudain la fraîcheur frémit dans le feuillage

Enfin ce vent d’Afrique enflammé sur la mer

Chargé de sable rouge envolé du désert

Qui laisse sur nos murs de sanglants tatouages

Souffles frais ou brûlants, souffles mêlés d’embruns

Qui portez des oiseaux, des rêves, des parfums

Comme vous manquerez à nos coeurs immobiles

Quand nous serons partis pour une autre presqu’île

Madame Jean Vilar, par Mireille Batut d’Haussy

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s