Allain Gaussin

L’attente…L’absolu.

Die Erwartung…Das unbëschränkte.

Prescient de l’inouï, le compositeur confié à l’écriture poétique des bribes de communion avec l’inaudible. Avec des mots, il nous convie à l’émergence d’un silence fondateur de toute musique. M.B.H

Ivanka Stoïanova parle ainsi de sa musique :
« … si l’on parcourt le cheminement de GAUSSIN à travers ses oeuvres, on est fortement attiré par la force vitale de sa musique, par l’énergie subjuguante du mouvement des sons se déployant en extension dans un espace-temps à trois dimensions qui ne tolère plus la distinction des paramètres et les quadrillages formels issus de la tradition sérielle. L’impact de cette musique semble inévitable: elle agit directement sur le corps, sur la sensibilité en attente; elle impose un « passage obligé » explorant « l’espace intime du corps » relié par ses multiples facettes à « l’espace infini de l ‘univers »… »

L’attente… L’absolu est le deuxième recueil de poésie d’Allain GAUSSIN. Chaque poème a été écrit en parallèle avec une oeuvre musicale et trouve ainsi son double dans une sorte de mise en abîme, pour capter, puis exprimer cette infime vibration palpable quelque part dans le miroir de l’imaginaire.

51 pages / 15 euros (édition Allemand Français) /EAN 9 782912 824912

OGIVE

Suite à la vie où tend chaque être, renversons l’esprit de fuite

aux source de la connaissance. Saut fragile sur les larges

sphères érosives de l’imaginaire.

Appel en sève

Eclat condensé

Ici les vagues ivres de la mémoire grattent obstinément.

Dissidence ouverte sur le champs vierge auréolé. Luxure du

temps où les rênes intimes se livrent.

Effort très lent  –  Migration intense

(P.27)

VENT SOLAIRE II

Par le sang consumé

La route fièvre, inerte,

Evapore le grain aveugle de l’oubli

I du souffle

Ecart dissident

Spasme par flaque

Tigre d’envie

Et vertige sans fin

Par la mort articulée

L’eau fragile, sporadique,

Vide le chant vierge du moi

Sac de cris

Vert d’acier

Violence sevrée de force

Feu hybrides

Et miroir décharge

Pour vivre l’Instant en rêve

Pour fondre l’Ictus du regard

(P.31)

MOSAÏQUE CELESTE

Dans cet espace

proche de l’impalpable

Dans cet instant

tendu

sans mémoire

méditant aux brisures acides de la destinée

Dans le gouffre de Lumière

criblé de marbre et de cristal

j’ai vu fondre

l’écume aveugle des étoiles

Voûte céleste

où glisse lentement l’errance du regard

Miroir d’ombre vierge

Mosaïque virtuelle     sans cesse recomposée

comme une spirale,     là

véritable chant

puisé au crible du soi

(P.47)

Allain Gaussin, compositeur: Ogive.

Biographie

Site d’Allain Gaussin

http://brahms.ircam.fr/allain-gaussin

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s