Marie Debray aux éditions d’écarts

Histoires de petits garçons

 » Des petits garçons disent  » je  » avec les mots d’une femme ; ceux-là même qui marchent avec une assurance provocante dans des chaussures qui les submergent. Tout en agressivité, sans revendication, sans but ; pour eux tout est flou, flottant, trop grand. La notion de limite, comme dissoute, ou toujours-déjà absente.
Le seul espoir, l’acte d’amour unique qui soit à notre portée c’est de tenter de les approcher pour essayer de les comprendre. Tel est notre devoir en tant qu’adulte et en tant qu’autre.
 » Les enfants veulent être des grands et nous, on ne veut pas être à leur place. Nous devons tous nous en sortir seul, pourquoi pas en regardant les autres ? En les observant, je noue un drame qui n’a lieu que comme accident. Je veux les – Histoires de petits garçons – comme quelque chose à part, je parle d’individus qui dévoilent des éclats de la nature humaine. Chacun a droit à sa maison, à ses essences, à ses mots.
Je les ai abrités, choyés, rudoyés, agressés, bafoués, aimés, mangés crus et je leur ai donné une voix au-delà de l’impossible échange.  » MD.

138 pages – 15 euros/EAN 9 782912 824059

Demain, les barbares

 » La première fois, on peut en mourir. J’étais encore un bébé quand j’ai écrit ça. C’était l’envie de sortir de la maison, de quitter l’enfance. Il y avait le désir de l’attente et de cerner la mutation du monde. Puis, la réalité, l’amie, l’âme-sœur, la mère. J’avais l’envie d’écrire la force de cet amour là. Et puis, on abandonne sa virginité comme une mue ; le sang est présent partout. Substance de la vie, il devient le fidèle compagnon de la femme.
Mais les barbares ? Un jour, ils firent irruption dans ma vie. J’avais mal, envie de vomir. Ils me parlèrent sans se préoccuper de savoir si je comprenais. Depuis, je les porte en moi. Ils sont ma quête. Ils se cachent dans l’ombre, les approcher revient à jouer avec le feu. Ils se donnent au détour de leur violence, si on accepte de les regarder. Ils séduisent quand on se courbe sans casser.
C’est une expérience rare.
Juliette les rencontre par hasard. Elle ne connaît pas sa chance, moi je la sais. Je tente de l’écouter, de lui parler, de la guérir de ses caprices d’enfant gâtée.
Je suis comme la marche initiatique qui va la métamorphoser. Il faut qu’elle ait confiance en moi, qu’elle me laisse la guider. Car, après l’invasion des barbares, rien ne sera plus comme avant.  » D’après MD.

149 pages – 14 euros/EAN 9 782912 824004

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s