Eva Farago Arbaney

Une valse sur les sables mouvants.

L’action se situe entre Budapest et le lac Balaton, de 1930 à 1944. La Hongrie est en état de choc. Enfant unique, l’héroïne devient adolescente dans un monde où la misère du peuple grandit tandis que les privilégiés s’étourdissent de frivolités. Au delà des frontières, le monde brûle et la jeune fille, qui découvre son identité juive, sait que le pire reste à venir.

Roman –  219  pages – 20 euros/EAN 9 782912 824356

Extraits /

p.11/ Été comme hiver, ma mère mettait mon landau sur le balcon. J’y passais une heure tous les jours, « pour respirer le bon air », même quand le thermomètre descendait au-dessous de zéro, que le Danube, qui ne charriait pas encore de détergents, gelait dur et servait de patinoire aux enfants pauvres. Un jour, le député Vagoni dont le bureau se trouvait au-dessus de notre appartement, jeta son cigare allumé par la fenêtre. Le voile de mon landau prit feu. Au même instant, comme mue par une impulsion télépathique, maman sortit sur le balcon pour me surveiller ; elle m’arracha aux flammes.

p.23 / De l’autre côté du lac, les montagnes de Badacsony étaient noyées dans un brouillard bleuté. C’étaient des volcans éteints. J’éprouvais une peur délicieuse. un jour, ils revivraient peut-être, cracheraient une lave noire détruisant toutes choses.

p.58 / »Nous n’accepterons jamais le démembrement du grand corps de la nation » Notre professeur se tut.  …  » Notre pays, situé pour son malheur aux portes de l’Occident, a toujours versé son sang pour la liberté des autres, de ces grands pays occidentaux qui nous méprisent tant. Les hordes des Tartares ont déferlé sur la Hongrie. Nous les avons refoulées, mais elles avaient déjà mis notre pays à feu et à sang. Nous avons arrêté les turcs, mais pendant plus d’un siècle, nous avons dû subir leur domination.  …
Les territoires arrachés retourneront à la mère patrie, dit-il. nous allons en faire le serment ensemble. prions. »

p.60 /Malheureusement, il n’y avait pas que M. Jantcho pour être fier de notre glorieux passé. un nouveau parti sortait de l’ombre, le parti des Croix Fléchées. En allant au cours, je voyais leur emblème barbouiller les murs et l’asphalte de la rue. C’était une croix dont les quatre extrémités étaient terminées par une flèche. La croix fléchée a trouvé sa place à côté de la croix gammée des hitlériens.


 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s