Catherine Hekking

Pour passer de l’outre côté du miroir — ou du verre qui protège les pastels de Catherine Hekking — il suffit de faire un pas de côté. La frontière est franchie, celle de paysages étranges et familiers, revisités longtemps après que la vie et la mort aient passé. On s’y promène comme on nage dans le ciel de ses rêves, à longues et lentes brasses qui signent la mesure onirique de l’espace et du temps.

Florence Gourier.  
Ne cherchez pas l’homme, il est dans le paysage, il est dans cette lumière pleine d’ambivalence qui semble marquer une terrible quiétude, une calme intranquillité de l’âme, un tourment acclimaté, qui enchante et qui alarme avec cette force et cet élan. Ne cherchez pas le réel, il est dans l’imaginaire.

François Leperlier  2004   lire l’article

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s