A propos de peinture / Jacques Burel

A propos de peinture

Il m’est difficile sinon impossible d’analyser ma propre démarche en peinture. On dit que tout est dans le premier geste. Ce n’est pas évident, même lorsqu’on est propulsé par un désir que le travail doit élucider. On sait qu’on commence, on ignore ce qui adviendra. On peint l’avenir.., comme les politiques font l’histoire sans savoir exactement où ils mènent le monde ni où ils sont menés par lui.

Parfois l’entreprise peut durer des semaines, des mois, voire des années après mise au «rencart » de la toile Il s’ensuit une série de couches superposées pareilles à des sédiments géologiques. On pourrait faire des coupes dans les «repentirs », puis la conclusion survient (quand elle survient…) la plupart du temps en une seule séance au cours de laquelle toute la surface est de nouveau couverte.

Le but d’atteindre l’unité, la cohérence formelle, l’équilibre. De rester dans le plan du support, de n’avoir pas de couleur qui recule ou au contraire semble en avant du reste. De faire en sorte que des touches soient intégrées, n’aient pas l’air posées dessus (encore que certaines fois cela passe).

Il n’y a pas de dessein préalable conscient, de volonté d’exprimer ceci ou cela, de donner dans I ‘émotion ou la littérature. Il y a un côté artisanal qui veut obéir aux « invariants plastiques ». On n’exprime que ce qu’on est dans le moment où l’on peint, la liberté est donnée au spectateur éventuel d’interpréter à sa guise le résultat. La plupart du temps c’est lui-même qu’il lit, à son insu, dans le travail d’un autre. Il y accroche son imaginaire, y cherche une représentation (et parfois la trouve !).

La toile de 1979, relativement colorée paraît dynamique par l’abondance du graphisme qui la parcourt. [cat. 6] Celle de 85 a l’opacité d’un mur. On m’a parlé d’une toile de pierre. [cat. 12] Celle de 89 semble une sorte de barrière sombre, désintégrée mais pas n’importe comment. [cat. 16] Celle de 95 vise, elle aussi à l’unité du mur (et avec le mur si l’on peut la poser), mais semble plus sereine. [cat. 23]

Je ne puis en dire davantage…

Jacques Burel .le 4 août 1995

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s